Gin.net on the road

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 30 juin 2005

Tokyo, ville de contrastes

Et me revoici à Tokyo pour les trois derniers jours de mon séjour. L'auberge de jeunesse où je logeais à mon arrivée au Japon est complète, par chance j'ai trouvé de la place dans une autre. Heureusement, car beaucoup des adresses mentionnées sur le net étaient complètes. Merci Mayumi pour la réservation :-) C'est également moins moderne que l'autre, mais bon, de toute façon, je dors sans problème à peu près partout à présent.

Bien, je passe un samedi après-midi tranquille, je me promène du côté du palais impérial, j'arrive trop tard pour visiter les jardins, pas de chance, et l'autre fois c'était fermé. Je n'aurai finalement pas le temps d'y retourner d'ici la fin du séjour, ma foi on ne peut pas tout faire. Un passage à l'office du tourisme, bien caché dans les étages d'un bâtiment commercial. Des gens très aimables et très serviables. J'en profite pour trainer un moment dans un grand magasin d'électronique de divertissement, bien décidée à finir par me laisser tenter par un lecteur mp3. Ce sera pour une prochaine fois, il y a trop de monde, et je n'ai pas encore fait mon choix.

Dimanche, je veux voir les jeunes qui se déguisent au parc de Yoyogi. Je me promène d'abord par erreur dans un parc adjascent, mais il s'agit d'un sanctuaire shinto dédié à l'empereur Meiji. Pas exactement le style de ce que je cherchais, mais j'aperçois le cortège d'un mariage traditionnel, c'est sympa aussi.

Je ressors à l'autre bout du parc et cette fois, pas de doute, c'est ce que je cherche. Voilà les jeunes, surtout des filles, qu'on dirait sorties tout droit d'un manga. Le long du parc, de nombreux groupes amateurs se sont installés avec amplis et instruments, et attirent avec plus ou moins de succès les badeaux. Les jeunes filles s'attroupent autour des groupes de mecs, alors qu'un public généralement masculin s'intéresse aux jeunes chanteuses... Un peu plus loin, un marché aux puces propose fringues d'occasion et autres babioles alternatives à un public qui se veut lui aussi alternatif, mais qui est somme toute très conventionnel dans son anti-conventionnalime :-)

Mes pas me mènent ensuite dans une avenue qui est souvent comparée aux Champs-Elysée, et c'est vrai qu'il y a un air de famille, avec des boutiques très chics tout du long. Je m'arrête ensuite dans un sanctuaire shintô où a lieu un festival similaire à ce que j'avais vu à Hiroshima. A nouveau une tour avec des musiciens, et les gens en yukata qui dansent autour. J'en profite pour m'acheter des sandales japonaises, dont par miracle je trouve une paire à ma taille.

Prochaine étape de mon marathon dominical, le théâtre kabuki ! Il est possible de n'assister qu'à un acte de ces pièces de théâtre vaudevillesques qui peuvent durer plus de 4 heures, et j'arrive même à trouver une place assise pour tenter de regarder le dernier acte. Je n'ai pas pensé à louer les écouteurs pour avoir les explication en anglais de ce qui se passe sur scène, et je lutte pour ne pas m'assoupir... j'arrive quand même à reprendre mes esprits pour assister aux meurtres de la femme et de l'amant sous les exclamations du public. C'est quand même spécial comme théâtre, mais c'est aussi intéressant pour observer le public.

Et le Fuji Yama alors ?

Et voici mon dernier jour au Japon, c'est mon dernier jour de découverte durant ces six mois de voyages, puisque demain je rentre en Europe. Une dame un peu excentrique rencontrée à l'auberge de jeunesse m'a parlé de sources thermales et de randonnées en montagne.

samedi, 18 juin 2005

Une soirée francophone

J’ai rendez-vous vendredi après-midi avec Mayumi, une japonaise que j’avais eu l’occasion de rencontrer à Paris chez un ami. Elle m’a invitée à venir voir un film français au ciné-club de l’université de Sendai en fin d’après-midi. Nous allons d’abord boire du thé vert et manger des pâtisseries japonaises dans un établissement traditionnel. Je rencontre son ami, qui étudie le français à l’université et qui le parle exceptionnellement bien. Le film est un agréable moment de fraicheur et de poésie, il s’agit de ‘’Swing’’ de Tony Gatlif.

Lire la suite...

vendredi, 17 juin 2005

Le Japon sonore

Les villes japonaises, en plus d'être très visuelles avec enseignes en néons, images et pancartes de partout, offrent également un environnement sonore qui est un peu stressant à la longue. Musique de fond dans les galeries marchandes, dans les grands magasins, à laquelle se superpose la musique propre au rayon ou à la boutique où l'on se trouve. Messages de bienvenue de chaque vendeuse que l'on croise, un irashaimase lancé à pleine voix. Les voix enregistrées des escalators et ascenseurs qui annoncent les étages, rayons et autres offres spéciales, celles des trains et bus qui annoncent les arrêts et les correspondances, entrecoupées de diverses mélodies électroniques. Le tintement des passages piétons, les employés qui haranguent les passants devant les échoppes, la musique tonitruante qui s'échappe des salles de patchinko.

Je me demande si les japonais n'ont pas inventé le walkman et autres balladeurs pour pouvoir s'isoler de ces agressions sonores incessantes. Il y a pourtant des efforts, certaines galeries marchandes diffusent des chants d'oiseaux... Mais parfois c'est infernal, là je suis dans un cyber-café où j'entends à gauche Yesterday des Beatles, et à droite du Nirvana. Apparemment ils s'en fichent complètement.

Voyage spatio-temporel

Savez-vous que depuis que j'ai quitté mon domicile, voici bientôt six mois, en plus de me déplacer géographiquement et au travers des fuseaux horaires, j'ai en plus effectué plusieurs voyages dans le temps ? Le premier fut très facile, et sans doute la'vez-vous aussi vécu, et même fêté, c'était le passage en l'an 2005, entre le 31 décembre et le premier janvie. Le second saut temporel m'a projetée, quelques heures plus tard, en l'an 2548 en Thaïlande, selon le calendrier bouddhiste. Deux mois plus tard, je me retournai en l'an de grâce 2005. Quelques semaines plus tard, cependant, je me trouvais dans un étrange flou temporel, car les aborigènes ne comptent pas les années. Et depuis le début du mois, j'ai basculé en l'an 17 de l'ère Heisei, le règne de l'empereur Akihoto.

A bientôt dans un futur proche, un de ces jours en 2005 !

jeudi, 16 juin 2005

Naruko Onsen

Il fallait quand même que je me rende une fois dans des bains thermaux japonais. Je choisis la ville thermale de Naruko, parce que ce n’est pas trop loin dans la région et que c’est accessible en train (il faut bien que j’amortisse mon abonnement). Ca me prend tout de même plus de temps que prévu, les correspondances ne sont pas terribles.

Lire la suite...

mercredi, 15 juin 2005

La guerre des poubelles

Le Japon est plutôt propre, mais je ne comprends pas comment font les gens. Il y a des distributeurs de boissons à tous les coins de rue, on peut acheter de la nourriture à emporter un peu partout, c’est une société de consommation par excellence, mais on ne trouve jamais de poubelles. Et pourtant je vois très peu de déchets traîner. Comment font-ils ? Mystère…

Etre piéton au Japon

Bien que la plupart des gens n’aient pas de voiture, il n’est pas toujours facile d’être piéton au Japon. En dehors des rues commerçantes, les trottoirs sont souvent inexistants, une simple ligne sur le sol. Et c’est un espace à partager avec les cyclistes, où il faut slalomer entre les poteaux téléphoniques et électriques, ce qui ne simplifie pas toujours les choses. Les gares et les rues principales sont plutôt bien équipées pour les aveugles, un peu pour les handicapés, mais dès qu’on s’éloigne de ce périmètre, ce ne doit vraiment pas être facile pour eux.

Chasse au net

J’avais eu de la chance de trouver à Hiroshima et Kyoto du réseau sans fil pour me connecter au net. Malheureusement, pas de réseau à ma portée depuis l’auberge de jeunesse de Sendai où je loge. Les différents points d’accès de la ville sont payants, et les autres accès à internet que je trouve sont certes gratuits, mais impossible d’y connecter mon PC ou ne serait-ce qu’une clé USB pour transférer textes ou photos, c’est un peu rageant.

Bon, en pleurant un peu, j'ai réussi à faire accepter mon portable dans un cyber-café, mais c'était pas facile !

mardi, 14 juin 2005

Matsushima

Une autre des trois plus belles vues du Japon (comme Miyajima) est Matsushita. Une petite ville côtière avec de nombreux temples et bordée de plusieurs petites îles. Je n’ai pas trop de chance avec le temps cette fois, il fait gris et plutôt frais. C’est très touristique, même si par chance il n’y a pas trop de monde. J’ai un peu de peine à apprécier l’endroit. Je crois que je commence à sérieusement manquer d’énergie pour visiter tous ces lieux, et j’ai toujours mal aux pieds. Tant pis, je rentre à Sendai avec une impression mitigée.

Lire la suite...

lundi, 13 juin 2005

Sendai

J’avais pensé aller jusqu’à l’île de Hokkaido, au nord de l’île principale de Honshu. Cette île est épargnée par la saison des pluies qui touche le Japon en juin et juillet. Cependant, comme le temps a été clément jusqu’à présent, et que ce n’est pas la porte à côté, je décide de rester sur Honshu, et de choisir un point de base pour quelques excursions journalières, comme je l’ai fait à Kyoto.

Lire la suite...

dimanche, 12 juin 2005

Himeji

Une autre destination dans la région de Kyoto est le château d’Himeji, à une heure de shinkansen. Un magnifique château moyenâgeux, perché sur une colline derrière ses remparts. Il ne reste plus beaucoup de châteaux au Japon, car beaucoup ont été détruits lors de la suppression du système féodal des shoguns. Celui-là a été magnifiquement restauré et est superbe.

Lire la suite...

samedi, 11 juin 2005

Nara

Une des participantes du tour dans Kyoto, Christin, avait prévu de visiter Nara le même jour que moi. Nous nous sommes données rendez-vous à la gare de Kyoto et passons ensemble la journée dans cette ancienne capitale du Japon.

Lire la suite...

vendredi, 10 juin 2005

Kyoto

Me revoici à Kyoto, dont j’avais gardé un excellent souvenir après mon passage éclair il y a un an et demi en revenant de Nouvelle-Zélande. Le ciel n’est plus aussi bleu qu’à Hiroshima, mais les éclaircies sont nombreuses et la pluie ne fera qu’une brève apparition le dernier jour de mon séjour.

Lire la suite...

lundi, 6 juin 2005

Miyajima

Miyajima est réputé être l’une des trois plus belles vues du Japon. En moins d’une heure de tram, train et ferry, je peux moi aussi admirer le portique du temple qui, à marée haute, semble flotter sur les flots. Il y a également plein de biches dans les rues, mais malheureusement elles ont pris la mauvaise habitude de recevoir de la nourriture de la part des touristes et tentent de vous arracher ce que vous avez dans les mains, et font également les poubelles. Le temple principal est en partie en cours de réparation, car un typhon l’a endommagé l’automne dernier, de même que la principale pagode.

Lire la suite...

dimanche, 5 juin 2005

Printemps à Hiroshima

Il fait doux à Hiroshima, je monte dans le tram bondé pour me rendre au ryokan où j’ai réservé une chambre. Je constate avec surprise qu’il y a plusieurs jeunes filles vêtues de ce que je crois être des kimonos dans mon ignorance d’occidentale ;-) C’est le week-end, l’ambiance est détendue.

Lire la suite...

samedi, 4 juin 2005

Dans le shinkansen

Aujourd’hui, je teste les trains à grande vitesse japonais, les shinkansen. Les places sont spacieuses, heureusement, car je n’ai pas trouvé d’emplacement pour mes bagages et j’ai mon gros sac devant moi, tout en ayant assez de place. Je ne me rends pas trop compte de la vitesse, j’ai acquis une propension à m’endormir dans tout moyen de transport assez étonnante. Seul le froid de la climatisation m’a momentanément gênée, le temps d’enfiler ma veste et de reprendre mon roupillon. Impossible de finir de lire le chapitre du bouquin en cours sans que mes paupières ne tombent.

Lire la suite...

vendredi, 3 juin 2005

Tokyo

Aujourd’hui, promenade dans les rues de Tokyo jusqu’au palais impérial. Enfin, jusqu’à l’extérieur du palais, ça ne se visite pas comme ça. Il paraît néanmoins que c’est possible, mais il faut demander une autorisation à l’avance. J’essaierai peut-être lors de mon retour dans la capitale.

Lire la suite...

jeudi, 2 juin 2005

Chroniques nippones, c'est parti !

Et voilà, me revoici au Japon ! Atterrissage à Narita, l’aéroport de Tokyo, situé à peine à une soixantaine de kilomètres de la métropole… Je passe la première nuit dans une auberge de jeunesse près de l’aéroport, ayant décidé de ne pas courir à travers la ville à la recherche d’un logement durant toute la soirée. Il faut dire que je n’ai rien réservé non plus, pas très organisée pour une fois.

Lire la suite...